Kendeyaa* – Natural Health Care & Education, The Gambia

*Kendeyaa signifie «santé», «être en bonne santé» en mandinka, la langue nationale prédominante dans notre zone d’opération.


Chiffres et données sur le projet Kendeyaa

Depuis 2008, 11 homéopathes et 3 assistants ont été diplômés du projet Kendeyaa, 13 autres sont actuellement en formation.

Actuellement, les «cliniques mobiles» ont lieu 3 à 4 fois par semaine (environ 150 patients par semaine), la clinique ambulatoire est ouverte tous les jours (environ 80 patients par semaine).

En 2018, un total de 9 700 patients pourraient être traités.

Avec une superficie totale d’environ 11 000 kilomètres carrés, la Gambie est le plus petit pays du continent africain.

En comparaison, la Suisse est quatre fois plus grande.

Le taux de natalité en Gambie est de 29,4 pour 1 000 habitants (10,5 pour 1 000 en Suisse).

Le taux de mortalité infantile est de 60,2 pour 1 000 naissances (Suisse 3,6/1 000).

Le taux de mortalité maternelle est de 706 pour 1 000 naissances (Suisse 5/1 000).

La densité de médecins en Gambie est de 0,11 pour 1 000 habitants. (Suisse 4,25/1’000).


Pourquoi l’homéopathie en Afrique?

La Gambie, pays d’Afrique de l’Ouest, est le plus petit pays du continent africain et l’un des plus pauvres du monde. Les soins de santé en Gambie sont très médiocres. Les hôpitaux et les centres de santé manquent de ressources tant humaines que matérielles. Des alternatives sont nécessaires. Les avantages du traitement homéopathique sont, d’une part, les réactions positives des patients et l’acceptation élevée par la population locale, d’autre part, les faibles coûts, l’absence d’effets secondaires et le stockage simple des médicaments. L’homéopathie semble être plus proche de la méthode des guérisseurs traditionnels que de la médecine conventionnelle.


Que faisons-nous en Gambie?

Depuis 2008, une équipe d’homéopathes travaille à la construction, au développement et à l’entretien d’une école homéopathique. L’offre s’adresse aux jeunes en fin de scolarité et aux professionnels qui reçoivent principalement un enseignement en homéopathie. Chaque année, deux à quatre homéopathes formés en Suisse passent jusqu’à 20 semaines sur place pour enseigner et effectuer d’autres travaux dans le cadre du projet. Pendant notre absence, les cours d’homéopathie sont accompagnés par des homéopathes gambiens déjà formés. Momodou Colley, un jeune médecin gambien, forme en outre les étudiants en anatomie, physiologie, pathologie et «médecine traditionnelle par les plantes».

Notre projet est également axé sur le travail pratique. Nous gérons une clinique ambulatoire (heures de consultation quotidiennes) et des cliniques dites mobiles, où nous nous rendons dans différents villages et quartiers sur demande et traitons les gens en ambulatoire.

Le film sur le projet


Situation actuelle 2020  Mise à jour de juillet

Situation générale :

Au cours de la première moitié du mois d’avril, la Gambie a décrété un embargo qui se poursuivra «jusqu’à nouvel ordre». Cela signifie, entre autres, que les marchés ont été fermés, éliminant ainsi la principale source de revenus pour la majorité de la population. En Gambie, il n’y a pratiquement pas de décès dus au Covid-19, mais un nombre croissant de personnes meurent de faim. Jusqu’à présent, nous avons envoyé quatre fois de l’argent pour acheter environ cinq tonnes de riz, d’huile, de sucre et de beurre de cacahuète chacune, qui ont ensuite été distribuées par Isha Fofana de notre organisation partenaire en Gambie, «Mama Africa», aux plus nécessiteux de la région. hmswiss et les «Gambiafriends» (organisation partenaire Suisse) ont pris chacun plus de la moitié des 16 000 francs suisses nécessaires à cet effet.

Activité de projet :

clinique mobile a fourni trois à quatre emplacements chaque semaine et les patients «de passage» ont été pris en charge dans notre clinique de jour (clinique ambulatoire). En mars déjà, l’école a été fermée pour la première fois en raison des premiers cas confirmés de Covid-19 dans le pays voisin, le Sénégal. Après une réouverture à brève échéance, le verrouillage national a eu lieu au début du mois d’avril et se poursuit encore aujourd’hui.

Nous soutenons nos étudiants par l’intermédiaire de Whatapp. Des tâches sont envoyées chaque semaine, que les étudiants doivent accomplir dans une semaine et que nous corrigeons et commentons le week-end. Les travaux pratiques ont dû être temporairement suspendus. Les homéopathes diplômés travaillent à domicile avec leur famille et leurs amis.

 


Équipe Kendeyaa-Gambie

Un grand merci à tous les membres de l’équipe Kendeyaa qui contribuent de manière significative à la réussite de notre projet. Sans le travail de fond continu en Suisse, notre projet ne serait pas aussi réussi. MERCI BEAUCOUP – ABARAKA BAKE !



Un regard sur le passé

2019

Novembre

Les étudiants du cours actuel ont maintenant bien atteint la moitié de leurs études. Les jeunes Gambiens et Gambiennes sont devenus une équipe soudée.

En mars, le travail pratique avec les patients a commencé dans le cadre des cliniques mobiles hebdomadaires. La première «expédition» conjointe nous a conduits à l’intérieur du pays. Nous avons roulé pendant une heure et demie sous une chaleur torride jusqu’à ce que nous puissions nous occuper des personnes qui attendaient sous d’énormes manguiers. Pendant six bonnes heures, nous avons travaillé non-stop. Malgré la chaleur et le vent persistant qui nous a fait tomber du sable dans les yeux, l’engagement des étudiants était impressionnant – l’étincelle volait ! Cela a été démontré, entre autres, par le fait qu’une élève a organisé de sa propre initiative des uniformes pour tout le groupe.

 

Le médecin et herboriste Momodou Colley, notre professeur de longue date, est très engagé et est aimé de tous. Le jeune homéopathe gambien Isha Darboe, qui accompagnait les cours d’homéopathie pendant notre absence lors de la première année scolaire, a maintenant été remplacé par l’homéopathe indien expérimenté Vacha Pathak.

Les cliniques mobiles

La demande pour nos clinique mobiles reste forte. Que ce soit dans les régions éloignées, rurales ou urbaines, notre équipe traite les patients sur place chaque semaine. Organiser et archiver les milliers de dossiers médicaux devient un défi de plus en plus important. La clarification d’une variante informatique simple et sûre est en cours. Si quelqu’un souhaite contribuer financièrement ou techniquement à la solution de cette tâche : veuillez nous contacter.

Partenaire

Notre partenaire en Gambie, Isha Fofana, le directeur du «Art Center Mama Africa» (www.mama-africa-gambia.org) était en visite en Suisse. Cela nous a permis d’avoir des discussions approfondies – entre autres avec notre organisation partenaire suisse «Gambia Friends». Le succès à long terme de notre projet est largement dû à cette précieuse coopération. Bernd Ax (également «Mama Africa», partenaire en Gambie jusqu’à la fin 2018, est rentré en Allemagne. Nous le remercions vivement pour sa précieuse coopération.

 

2018

Nouveau membre de l’équipe – des étudiants motivés

Une autre mission de quatre semaines de l’hms en Gambie a eu lieu à la mi-octobre. Pour Annette Sartori et Gabrielle Barben (gestion du projet), ce fut une période active et variée. Annette a été chaleureusement accueillie comme nouveau membre de l’équipe Kendeyaa par tous les participants.

lire la suite


Travaux pratiques : Clinique ambulatoire et cliniques mobiles

Nous avons effectué des travaux pratiques dans les cliniques mobiles de Bakau et de Brikama, ce qui a toujours été un moment fort pour nous. Nous avons également traité un grand nombre de nos étudiants ainsi que leurs parents, amis, voisins, etc. Convaincus par leur éducation, ils amenaient toujours de nouveaux patients à notre clinique de Tanji.

lire la suite


«Mama Africa Art Center»vient d’ouvrir

En août 2013, le centre d’art de notre organisation partenaire locale «Mama Africa» a été détruit par le gouvernement de l’époque (voir sous 2013). Début novembre 2018, le tout nouveau «Mama Africa-Art Center & Gallery» a été ouvert avec une grande fête. Imams, ministres, artistes, amis, parents, voisins, collaborateurs de projets et bien d’autres personnes intéressées sont venus voir ce qu’Isha et Bernd ont créé.

lire la suite

 

2017

Six étudiants terminent leur formation en mai avec brio. Les exigences des examens correspondent à celles d’un cours européen. La cérémonie de remise des diplômes, accompagnée par les médias, un imam, le doyen du village et un large public, est une expérience inoubliable. Quatre des diplômés seront intégrés dans le projet. Pour un salaire raisonnable, ils organiseront des cliniques mobiles quatre fois par semaine dans quatre villages différents. Les deux autres étudiants créeront leur propre cabinet avec notre soutien, l’un d’entre eux ayant déjà une bonne clientèle. Il est capitaine dans l’armée et traite les soldats qui s’y trouvent.

À l’avenir, les «Gambiafriends» nous fourniront une maison où nous pourrons louer une salle de classe, une bibliothèque et un dortoir. La clinique ambulatoire se trouve dans les mêmes locaux. La maison se trouve juste à côté de la nouvelle propriété de «Mama Africa», dont la reconstruction est déjà bien avancée et dont l’ouverture est prévue pour la fin de 2017.

 

2016

 

Notre traitement quotidien en clinique ambulatoire est effectué de manière professionnelle et régulière par nos deux homéopathes qualifiés.

Les cliniques mobiles jouissent d’une grande popularité. Nous recevons sans cesse des demandes de comités de village qui veulent utiliser nos services mobiles pour leurs habitants. Nous sommes actuellement en mesure de fournir un soutien logistique et personnel régulier pour deux cliniques mobiles par semaine.

Isha Fofana et Bernd Ax travaillent actuellement de manière intensive à la reconstruction du centre culturel «Mama Africa». Ils sont toujours à nos côtés pour nous conseiller et nous soutenir et sont responsables de la gestion opérationnelle du projet en Gambie. La coopération avec les Amis de la Gambie est toujours centrale et coopérative.

 

2015

 

Trois femmes et quatre hommes âgés de 20 à 60 ans sont toujours avec nous – ils forment une bonne équipe et appliquent leurs connaissances toujours plus approfondies deux fois par semaine dans les cliniques mobiles sous la supervision de nos homéopathes gambiens qualifiés.

Isha Fofana et Bernd Ax, nos partenaires locaux, construisent un nouveau centre culturel à Tanji et y installent la nouvelle clinique homéopathique ambulatoire.

 

2014

 

Malgré une période politiquement difficile à la fin de l’année dernière, notre projet en Gambie se développe magnifiquement et un nombre à deux chiffres d’étudiants sont entrés dans le nouveau cycle de formation. Des contacts hebdomadaires avec Gabrielle Barben ou Beatrice Tillmann pour la répartition des tâches, le retour d’information et les questions pratiques garantissent la qualité de l’enseignement homéopathique.

Nous avons beaucoup de chance d’avoir Momodou Colley dans notre équipe en tant que nouveau professeur dans les matières anatomie et physiologie, pathologie et médecine traditionnelle par les plantes. C’est un jeune médecin gambien très fiable et très bien formé qui a étudié la médecine pendant sept ans à Moscou et est retourné dans son pays d’origine.

Depuis le début de l’année, nos homéopathes nouvellement qualifiés travaillent quotidiennement de 10 heures à 17 heures dans la clinique ambulatoire pour effectuer des anamnèses et des consultations de suivi ainsi que pour traiter les plaies de manière professionnelle, et ils reçoivent un salaire approprié pour cela. Ils organisent également des cliniques mobiles hebdomadaires dans une zone en croissance constante le long de la côte atlantique.

 

2013

 

Fin août, le gouvernement exproprie toute la zone sur laquelle le projet a pu se développer et la rase au bulldozer. Le soutien à nos partenaires locaux est une priorité absolue. En outre, un logement temporaire doit être loué dans le village voisin de Batokunku afin de pouvoir poursuivre les cours et la clinique ambulatoire. Cependant, la remise des diplômes aux trois jeunes homéopathes, qui a été accompagnée d’une couverture médiatique, montre que l’homéopathie continue néanmoins à gagner du terrain en Gambie. Deux femmes et un homme achèveront leur formation de trois ans à la fin de 2013, malgré toutes les difficultés.

2012

 

L’homéopathie gagne progressivement du terrain en Gambie. HMSuisse est responsable de la formation du personnel médical et des non-professionnels ainsi que des traitements, tandis que notre organisation partenaire «Gambian and Swiss Friends» est responsable de l’infrastructure.

Actuellement, les consultations de la clinique ambulatoire sont limitées à un jour par semaine, le vendredi, alors qu’une centaine de patients doivent être pris en charge. La tendance est à la hausse, de sorte qu’il faut une semaine complète d’approvisionnement et une meilleure infrastructure.

 

2011

 

En août, nous avons fondé l’école d’art homéopathique avec nos organisations partenaires «Gambian and Swiss Friends» et «Mama Africa». Il comprend une formation holistique à plein temps axée sur l’homéopathie et donne au projet une nouvelle structure, HMSuisse étant responsable de l’homéopathie.

Sept étudiants commenceront le nouveau cours en novembre. Au cours du même mois, les deux premiers homéopathes indigènes formés en Gambie obtiendront leur diplôme.

 

2010

 

Le projet de la Gambie continue à se développer positivement. Cette année, quatre actions sont menées par des homéopathes suisses. Tous les étudiants passent un très bon examen intermédiaire et, en décembre, un nouveau groupe de personnes intéressées commence un cours de préparation.

Nous commençons à coopérer avec «Mama Africa, Women’s Museum & Art Center», un projet gambien dirigé par la locale Isha Fofana et son mari allemand Bernd Ax. Leurs conseils et leur assistance sont très importants pour la réussite d’un projet durable. C’est cette coopération intensive qui nous permet de nous engager pour toute l’année.

Nos nouveaux étudiants vivent et travaillent dans le centre culturel. Nous y enseignons et avons créé une petite pharmacie et une bibliothèque.

 

2009

 

L’objectif premier est la formation des personnes sur place. En attendant, un groupe de quatre étudiants se consacre intensivement à l’enseignement à distance de l’homéopathie. Ils sont accompagnés par la nouvelle responsable de la formation, Gabrielle Barben. En outre, une connexion avec un guérisseur traditionnel qui travaille avec nous dans le domaine de la phytothérapie est établie.

Il existe des contacts avec le ministère de la santé. L’organisation partenaire «Gambian and Swiss-Friends» nous fournira une voiture sûre avec laquelle nous pourrons démarrer la clinique mobile et nous rendre régulièrement dans des villages éloignés pour soigner les personnes sur place.

 

2008

 

Dans la petite Gambie, l’homéopathie n’est pas encore connue, il n’y a ni homéopathes formés ni projets homéopathiques. Madeleine Lehmann, qui séjourne en Gambie pour des raisons privées, constate que les gens ne peuvent pas se permettre de payer un traitement médical conventionnel et que l’homéopathie pourrait leur être d’un grand secours. Elle initie les premiers pas. Les personnes intéressées qui veulent apprendre l’homéopathie et l’appliquer elles-mêmes commencent la formation.

Un concept est élaboré qui permet de traiter le plus grand nombre de personnes possible dans le temps disponible. Avec une heure de consultation mobile, l’homéopathie doit être apportée aux gens dans les villages.